Catégories
Non classé

Festivals de la Terre : l’AEV présente au rendez-vous avec les agriculteurs franciliens !

Festivals de la Terre : Île-de-France Nature présente au rendez-vous avec les agriculteurs franciliens !

Les 3 et 17 septembre derniers, Île-de-France Nature (Île-de-France Nature) était à Égly (91) et à Saints (77), aux côtés des Jeunes Agriculteurs, pour dire sa fierté de contribuer au dynamisme de l’agriculture francilienne et rappeler au grand public que notre région ne se résume pas à son agglomération urbanisée.
Chaque année, les Festivals de la Terre des Jeunes agriculteurs d’Ile-de-France sont le rendez-vous immanquable de la rentrée ! Deux journées placées sous le signe de la découverte et de la bonne humeur et une occasion privilégiée d’aller à la rencontre du grand public dans un cadre propice aux échanges.
Urbains et ruraux ont pu profiter des nombreuses animations proposées sur le stand d’Île-de-France Nature. L’objectif ? Sensibiliser le grand public à l’importance de maintenir une agriculture péri-urbaine et expliquer le rôle unique de notre Agence dans l’écosystème de l’agriculture francilienne.

Île-de-France Nature : un partenaire privilégié

« Notre présence s’imposait d’elle-même tant nos valeurs rejoignent celles promues par les Jeunes Agriculteurs », rappelle Anne Cabrit, Présidente d’Île-de-France Nature. En effet, le syndicat des Jeunes Agriculteurs s’engage depuis sa création à promouvoir l’installation d’exploitations agricoles viables, vivables et transmissibles en zones péri-urbaines. « La protection du foncier est une priorité pour le maintien d’une agriculture jeune, dynamique et locale. C’est pourquoi notre partenariat avec Île-de-France Nature est essentiel », insiste Frédéric Arnoult, Président des JA Île-de-France Ouest.
Côté Île-de-France Nature, même enthousiasme : « Les Jeunes Agriculteurs nous donnent des avis sur les candidats postulant sur les parcelles agricoles rendues disponibles par notre structure », explique Christelle Angeniol, responsable Agriculture à Île-de-France Nature. « Ils apportent un conseil précieux auprès de tous les porteurs de projets qui souhaitent s’installer en agriculture ».
À ce jour, Île-de-France Nature est garante du maintien de 17 000 ha d’espaces agricoles en IDF et gère près de 2 300 ha de propriétés agricoles régionales. Des terres bien souvent menacées par l’urbanisation, qu’elle loue à plus de 120 exploitants en leur offrant la possibilité de développer et de pérenniser leur activité grâce à des baux à long terme.
Et Anne Cabrit, de conclure : « Ces moments sont importants afin de nous retrouver et de montrer au grand public que le monde agricole, c’est avant tout une bonne humeur communicative, une solidarité unique, et un courage sans commune mesure face aux défis de demain ».

Catégories
Non classé

La Butte d’Orgemont : la nature à deux pas de chez vous !

La Butte d’Orgemont : la nature à deux pas de chez vous !

 Crédits photo : Marianne Pollastro                         

Le samedi 13 mai, Île-de-France Nature inaugurait, en présence de Valérie Pécresse, Présidente du Conseil régional d’Île-de-France et de Georges Mothron, Maire d’Argenteuil, les aménagements de la Butte d’Orgemont. Retour sur un projet phare réalisé pour les Franciliens.
« 40 hectares de verdure, un havre de nature, un panorama à couper le souffle… Je suis fière de cette réalisation! » s’est enthousiasmée Anne Cabrit, Présidente d’Île-de-France Nature, lors de son allocution.
Ce site vient donner aux 200 000 habitants de l’agglomération argenteuillaise un nouvel espace vert de proximité, en lieu et place d’une ancienne carrière. Il confirme Île-de-France Nature comme un acteur important pour la mise en œuvre du Plan Vert régional.

La genèse d’un chantier titanesque

Depuis le Moyen-âge jusqu’à nos jours, la Butte d’Orgemont a connu bien des mutations. Successivement vivier de cultures maraîchères et fruitières, repaire des Impressionnistes ou encore site d’exploitation du gypse, c’est n’est qu’à la deuxième moitié du XXème siècle qu’elle est progressivement abandonnée.

L’espace naturel régional des Buttes du Parisis est constitué de 4 reliefs marqués : la Butte de Cormeilles, la Butte de Sannois, la Butte des Châtaigniers et la Butte d’Orgemont

Dès l’automne 2015 et conformément à sa mission, Île-de-France Nature part à la reconquête de cet espace délaissé. Son objectif ? Redonner de la lisibilité à l’ensemble du site, tout en valorisant les différentes ambiances.
« La Butte d’Orgemont est un espace encore jeune, mais déjà plein de promesses », explique Valentine Arreguy, responsable de la Mission Paysage à Île-de-France Nature.
Alors, comme ces fleurs japonaises en papier comprimé qui s’ouvrent quand on les mets dans l’eau, ce site a acquis, grâce au travail d’Île-de-France Nature, tout son potentiel.

La nature pour tous et partout

Ainsi, du plateau jusqu’à l’entrée du parc, un réseau d’écoulement des eaux pluviales crée, ça-et-là, mares et cascades grâce auxquelles faune et flore peuvent se développer en toute sérénité. Le Crapaud calamite, espèce protégée à l’échelle nationale, y a par exemple trouvé refuge.
De plus, tout au long de ce chantier, Île-de-France Nature s’est assurée de la conservation et de la restauration des habitats naturels. Au total, 700 arbres, 3000 arbustes et 3000 vivaces ont été plantés, dont 368 cerisiers à fleurs, sous lesquels les promeneurs pourront se reposer lors des beaux après-midi d’été.
Une attention particulière a d’ailleurs été portée au confort des riverains. Outre l’entrée, les équipements d’accueil et la sécurité qui ont été améliorés sur le site, le plateau a été rendu accessible aux personnes à mobilité réduite.
Point d’orgue au projet d’aménagement, le plateau a retrouvé son rôle de belvédère et permet à chacun de profiter en toute sérénité d’une vue panoramique exceptionnelle sur toute la région Île-de-France.
Déjà, lors de l’inauguration, on a pu admirer les cerfs-volants de l’association locale Hurricane sillonner le ciel, signe manifeste – s’il en fallait un – de la réappropriation de la Butte.

Catégories
Non classé

La Végétale : Relier les hommes, la ville, la nature

La Végétale : Relier les hommes, la ville, la nature

Le 20 mai dernier, sous un soleil radieux, familles, associations et élus se sont retrouvés pour la première édition de la Fête de la Végétale. L’occasion d’inaugurer les derniers aménagements du Val Pompadour et de la Pointe du lac, entre Créteil et Valenton, et de lancer la première saison d’animations.

Une liaison Verte unique située aux portes de Paris

Pilotée par Île-de-France Nature pour le compte d’un Syndicat mixte d’étude et de réalisation associant également la Région et le Département du Val-de-Marne, la Végétale a fait son apparition dans le paysage francilien en septembre 2013. Son but ? Proposer une nouvelle alternative pour les déplacements doux des Franciliens en reliant sentiers, pistes cyclables, transports en commun et équipements publics, et donner accès aux nombreux espaces verts du Sud-est de la région parisienne (91, 94).
Selon Pierre-Jean Gravelle, Président du Syndicat en charge de la réalisation opérationnelle de la Végétale, « l’accès aux espaces verts est une attente forte des Franciliens. La première phase de travaux, s’étalant jusqu’en 2020, donne la priorité aux parties les moins accessibles et les plus carencées ».
« Cet impératif rejoint les attentes du nouveau Plan Vert régional, complète Gilles Duquenoy, en charge du projet pour Île-de-France Nature. En effet, grâce à cette liaison verte unique en Île-de-France, nous améliorons grandement l’accessibilité aux espaces verts de proximité ».
Aujourd’hui, 4,5 kilomètres sont totalement aménagés et 11 sont déjà accessibles. Cet automne, les travaux continueront pour permettre l’aménagement de la suite du parcours à Valenton ainsi que la liaison entre la tranchée couverte et la ligne paris-Bastille à Villecresnes. Dès 2020, l’ensemble des 20 kilomètres du linéaire seront accessibles entre Créteil et Santeny.

Fédérer les acteurs du territoire

Les 9 associations locales lauréates de l’appel à projets « Animons la Végétale ! » étaient présentes pour dévoiler leurs programmes d’animations tout au long du parcours, d’avril à décembre, qui s’articulent autour de trois axes forts : bouger, respirer, se distraire. Au programme : découverte du patrimoine naturel et régional, théâtre en plein air, pratiques sportives, initiations à la science… Tous les ingrédients sont réunis pour faire de la Végétale un nouvel espace au cœur de la vie des Franciliens !
Depuis juin 2014, ce sont d’ailleurs eux qui ont partagé leurs envies d’animations pour la Végétale. Une tyrolienne, des bancs, un hôtel à insectes, des jardins partagés… Plus de 200 idées ont été exprimées par les riverains sur le stand participatif et ont largement alimenté l’appel à projets lancé auprès des associations franciliennes.
Et ce n’est pas fini ! « Depuis sa création, la Végétale avance en fédérant les acteurs du territoire au bénéfice des riverains et de l’ensemble des Franciliens, explique Gilles Duquenoy. Nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin et souhaitons renouveler les animations en 2018 ».

D’ici là, n’hésitez pas à découvrir le calendrier des animations 2017 en cliquant ici, et à profiter de l’été pour vous promener sur la Végétale !

omme Matthieu et Jérome l’ont demandé, l’association Vélo Ecole de Brunoy
organise des balades à vélo sur la Végétale pendant tout l’été !
Catégories
Non classé

Une gestion forestière exemplaire

Une gestion forestière exemplaire

La labellisation FSC®* des forêts de Rosny, dans les Yvelines, et de Rougeau, située à cheval entre les départements de Seine-et-Marne et de l’Essonne, vient consacrer la gestion forestière responsable d’Île-de-France Nature sur ces territoires.

Dans un souci de gestion durable, Île-de-France Nature assure la régénération, l’entretien et l’ouverture au public de ses massifs, tout en préservant les espèces animales et végétales. La récente certification FSC® des forêts régionales de Rosny et de Rougeau sonne comme une reconnaissance de l’action exemplaire menée par Île-de-France Nature en la matière.

En effet, plus d’une cinquantaine de critères sociaux, environnementaux et économiques ont été évalués à l’automne 2016 de manière rigoureuse par deux auditeurs indépendants avant que la labellisation de ces deux forêts ne soit confirmée. Cette dernière engage notre Agence à respecter dix grands engagements, essentiels au bien-être de tous les Franciliens. Citons pour exemple la prise en compte de l’avis des parties prenantes concernées par la vie d’un massif sur les actions de gestion prévues dans ce dernier. Ou encore l’évaluation de l’impact de la gestion forestière, afin de veiller à la préservation de la biodiversité. Ainsi, en s’engageant dans ce processus, Île-de-France Nature insiste sur le lien entre gestionnaires et usagers.

 » Je salue l’engagement et le travail des équipes d’Île-de-France Nature, a déclaré Aurélien Sautière, Directeur Exécutif FSC France. L’augmentation du nombre de forêts certifiées souligne leur détermination à développer l’excellence de la gestion des forêts publiques régionales. » 

Un engagement de longue date

C’est en 2009 que Île-de-France Nature a souhaité faire reconnaître ses pratiques vertueuses par des organismes indépendants à travers les labels PEFC puis FSC®. Ainsi les espaces naturels régionaux de Rosny et Rougeau s’ajoutent aux 31 autres massifs forestiers dont la gestion, au fil des ans, a été reconnue économiquement viable, respectueuse de l’environnement et socialement bénéfique.

Et Anne Cabrit, Présidente d’Île-de-France Nature, de conclure :  «  C’est parce que nous savons que le patrimoine écologique dont nous avons la charge est essentiel pour le bien-être de tous les Franciliens que nous nous efforçons de le gérer avec la plus grande efficacité « . Efficacité reconnue puisque, pour l’heure, Île-de-France Nature possède la plus importante surface forestière publique certifiée FSC® en France métropolitaine, avec désormais 7 275 hectares labélisés.

*Licence FSC-C104680.

Catégories
Non classé

Retour sur un Salon de l’Agriculture réussi

Retour sur un Salon de l’Agriculture réussi

Crédits photo : Cervia / Maxime Huriez

« La Région Île-de-France est fière de ses agriculteurs  » ! Ces mots prononcés par Valérie PÉCRESSE, Présidente de la Région Île-de-France, lors de l’inauguration du stand ont donné le ton des dix journées de présence d’Île-de-France Nature, du CERVIA, des Chambres d’agriculture et des Jeunes Agriculteurs, tous réunis sous la bannière régionale. Pour accompagner cette dynamique, Île-de-France Nature a apporté son expertise et son expérience, acquises tout au long de 40 années d’existence, et fait alterner temps de rencontres à destination des Franciliens et temps de travail avec les acteurs du monde agricole. Le cycle de conférences a été l’occasion de mettre en avant quelques belles collaborations entre Île-de-France Nature et les professionnels de la région, permises par la position unique d’Île-de-France Nature au sein de l’écosystème agricole francilien.

Les Jeunes Agriculteurs : une agriculture tournée vers l’avenir

Le syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA) s’engage depuis sa création à promouvoir l’installation d’exploitations agricoles viables, vivables et transmissibles en zones péri-urbaines. Des missions qui rejoignent celles d’Île-de-France Nature, et qui ont amené notre Présidente, Anne Cabrit, à renforcer le partenariat existant en signant une convention régionale pour faciliter l’installation de Jeunes Agriculteurs sur les propriétés régionales. Suite logique de cette première étape, des signatures ont eu lieu avec les structures seine-et-marnaise et Île-de-France Ouest suivies, dès les 1er et 2 mars, de rencontres pour réfléchir à la déclinaison opérationnelle de la convention.

Le plateau de Saclay : un terreau idéal pour la recherche et l’expérimentation

La ferme de demain sera connectée ! Applications mobiles permettant d’avoir une météo précise à la parcelle près, drone parcourant les surfaces agricoles afin de les cartographier avec précision…Tout est fait pour préserver l’énergie de l’agriculteur, tout en améliorant la productivité de son exploitation. Voilà ce à quoi s’emploie l’institut du Végétal Arvalis, auquel Île-de-France Nature a mis à disposition 100 hectares sur le plateau de Saclay dès 1998. « Ce type de contrat est très sécurisant pour le locataire car il lui offre une stabilité comparable à celle de la propriété du sol », explique Guillaume Sandret, gestionnaire de patrimoine à Île-de-France Nature.
C’est cette sécurité qui a permis à Franck Wiacek, directeur d’Arvalis et intervenant pour la conférence du mercredi 1er mars, de mener à bien ses expérimentations en matière de recherche agronome appliquée. « Il est enthousiasmant de voir les bonnes pratiques délivrées par cet institut se répandre chez tous les professionnels de la région ! » s’est félicitée Anne Cabrit, Présidente d’Île-de-France Nature.

La ferme Trubuil : une histoire de famille

Même enthousiasme chez Nathalie Trubuil, gérante de la ferme éponyme, qui a bénéficié d’un bail pour louer 90 hectares de propriétés régionales sur le plateau de Saclay, réputées parmi les meilleures de la région, et qui a apporté son témoignage lors la conférence du 27 février. En 2008, elle a voulu reprendre la ferme familiale, présente sur le plateau de Saclay depuis 1930. Dans un contexte de très forte pression foncière, Nathalie Trubuil a signé un bail rural avec Île-de-France Nature, qui lui a permis d’accéder facilement au foncier et de disposer d’une visibilité sur le long terme. »
« Ce type de contrat nous a permis d’appréhender avec sérénité l’avenir de notre exploitation », explique Pierre, son compagnon, qui lui prête main-forte quotidiennement dans son travail. Et ça marche ! Aujourd’hui la ferme Trubuil produit 300 variétés de légumes, commercialisés en vente directe et par paniers.

Île-de-France Nature : un acteur essentiel dans la gestion des terres agricoles régionales

Autant de témoignages qui corroborent l’idée que Île-de-France Nature occupe aujourd’hui une place importante dans l’écosystème des acteurs agricoles régionaux. « Notre présence sur le salon s’imposait d’elle-même, pour témoigner de notre soutien au monde agricole », explique Anne Cabrit, Présidente d’Île-de-France Nature. « Notre volonté est de maintenir l’agriculture près des villes afin de favoriser la consommation de produits locaux. C’est pourquoi nous nous battons pour maintenir les conditions d’accès au foncier et permettre aux agriculteurs de pouvoir développer leurs activités ».
RDV est déjà pris pour la prochaine édition du Salon de l’Agriculture !
Et pour vous faire patienter jusqu’à l’année prochaine, quelques photos …

Catégories
Non classé

La région Île-de-France… tout un monde !

La région Île-de-France… tout un monde !

Territoire concerné: Boissy

1976 -2016 : Île-de-France Nature célèbre cet automne quatre décennies de gestion des espaces naturels franciliens. 40 bougies matérialisées par 40 photographies, présentées au public dans le très bel écrin naturel du Parc floral de Paris, pour rappeler que la région ne se résume pas à son agglomération ultra urbanisée mais se distingue aussi par sa richesse en termes de biodiversité et de paysages.

L’exposition est visible au Parc floral jusqu’à la fin de l’année © Île-de-France Nature / V. Pichot

Il existe, à quelques kilomètres de Paris, de merveilleux espaces naturels où il fait bon respirer l’air de la campagne, se laisser enivrer par les parfums d’essences rares, s’émerveiller à la vue d’arbres remarquables ou se laisser charmer par le chant des oiseaux…

L’exposition Voyage dans les espaces naturels d’Île-de-France fait le choix de mettre en lumière quelques-uns des plus beaux sites gérés par Île-de-France Nature. Forêts, Réserves naturelles régionales ou encore espaces agricoles, voici 40 ans que notre établissement public régional cherche le juste équilibre entre ville et nature et aménage le territoire pour permettre à chaque Francilien de vivre dans un meilleur environnement. 40 ans que nos agents aménagent et entretiennent les espaces naturels afin de les rendre accessibles et accueillants aux visiteurs, tout en préservant leur grande richesse.

Les 40 photographies invitent à la rêverie active, inventive, ouverte aux intimations de l’imaginaire, en associant chacun des clichés à un souvenir au goût d’ailleurs. Les cerisiers de la Butte de Marsinval (78), chargés de fleurs blanches, nous transportent tout droit sur l’île d’Hokkaido ; le sol rougeoyant de la forêt régionale de Verneuil (78) n’est pas sans rappeler la latérite des pistes de Guyane ; l’allée des Lions de la forêt régionale de Ferrières (77) fait soudain écho aux séquoias géants de la Sierra Nevada… Le résultat est troublant : l’Île-de-France éclate dans toute sa diversité, ses contrastes, justifiant sa stature de « Région-Capitale ».

Bon voyage !

Les photographies présentées visent à interpeller le visiteur… qui pourrait croire que ce paysage est en Île-de-France ? © Île-de-France Nature / V.Pichot
Catégories
Non classé

L’Agence des espaces verts répond à l’appel à l’aide des maraîchers du Plessis-Bouchard

Île-de-France Nature répond à l’appel à l’aide des maraîchers du Plessis-Bouchard

Territoire concerné: Boissy

Propriétaire et aménageur de la Plaine du Plessis-Bouchard (95), Île-de-France Nature (Île-de-France Nature) a pris ses responsabilités pour venir en soutien aux agriculteurs, dont les cultures sont détruites par les pigeons et les lapins. L’objectif ? Maintenir une activité agricole périurbaine sur cette zone de maraîchage très fréquentée du public et parvenir à concilier les différents usages de la plaine, tant récréatifs qu’économiques.

Celeri rongé par des nuisibles © Île-de-France Nature / R. Montabord

Le problème n’est pas nouveau, mais il s’est amplifié en 2016 occasionnant des nuisances sans précédent : sur la plaine maraîchère du Plessis-Bouchard, dans le Val-d’Oise, les agriculteurs locataires des terres régionales sont confrontés à une invasion de lapins et pigeons, responsables de la destruction d’une grande partie de leurs récoltes.

Jean-Michel CATTIAUX, maraîcher, affirme avoir perdu jusqu’à « 80% sur les poireaux et 40% sur les navets », soit au total plus de 12 000€ de manque à gagner sur son chiffre d’affaires annuel. Et ses voisins maraîchers de faire le même constat, estimant que  les  dégâts occasionnés par les pigeons et les lapins leur valent un tiers de perte sur leur production.

Face à cette menace pour leur activité, les agriculteurs concernés ont, dans un premier temps, installé clôtures, épouvantails et canons à gaz « effaroucheurs ». Si les bruits sourds, distillés à intervalles réguliers, se sont montrés plutôt efficaces pour protéger les pousses des becs voraces des volatiles, ils ont suscité l’agacement de plusieurs riverains sans pour autant parvenir à éradiquer le fléau.

Île-de-France Nature, propriétaire et aménageur du site, s’est alors saisie du problème, dans une volonté de pérennisation de l’activité maraîchère dans cette zone périurbaine. « Nous avons entendu l’appel à l’aide des agriculteurs et demandé une dérogation à la préfecture pour pouvoir intervenir en urgence sur les pigeons, avec des actions de tirdurant toute la période estivale » détaille Rémy MONTABORD, technicien en aménagement à Île-de-France Nature.

Grâce à des actions de communication menées auprès des riverains (flyers, articles dans les bulletins municipaux, panneaux pédagogiques…), ces  opérations  de  destruction  de  nuisibles, assurées par  des  gardes  assermentés, ont été bien perçues par le public. Et ont porté leurs fruits ! Les volatiles ont bien été effarouchés et les populations de nuisibles rencontrées sur le site sont désormais beaucoup plus faibles. La pression va être maintenue durant toute la période de chasse habituelle. L’agence des espaces verts travaille  en  parallèle  à  un  plan  expérimental  qui  permettrait  de  réduire  durablement  les  populations  de pigeons et de lapins et ainsi éviter que la problématique ne se repose l’année prochaine.

Le maraîcher exploitant constate les dégâts sur le terrain © Île-de-France Nature / R. Montabord
Catégories
Non classé

Sur le chemin de l’école… buissonnière

Sur le chemin de l’école… buissonnière

Comment calculer l’âge d’un arbre ? Quel est le travail du bûcheron ou du garde forestier ? Combien fallait-il de chênes pour construire un grand navire au 17e siècle ? A l’occasion de la rentrée des classes, Île-de-France Nature fait paraître un livre d’activités ludo-pédagogique sur la forêt, destiné aux enfants de 8 à 11 ans. Un ouvrage réalisé en partenariat avec les éditions Gallimard Jeunesse, à partir du programme « Forestiers Juniors » d’Île-de-France Nature, dont plus de 8 000 enfants bénéficient chaque année sur l’ensemble du territoire régional.

Précurseur en matière d’éducation à l’environnement, Île-de-France Nature travaille depuis plus de 20 ans en lien avec l’Éducation nationale pour mieux faire connaître aux écoliers franciliens les espaces naturels. Depuis 1992, elle sème des graines d’avenir en transmettant les bonnes pratiques aux enfants du CP au CM2, via son programme « Forestiers Juniors ». Une action de sensibilisation menée sur le long terme, qui s’inscrit parfaitement dans les objectifs de préservation et de développement d’une politique verte que s’est fixés la Région Île-de-France.              

À l’heure où les « Forestiers Juniors » d’Île-de-France Nature reprennent le chemin de l’école (et de la forêt !), Île-de-France Nature a souhaité rendre accessible au plus grand nombre ses connaissances du milieu forestier et leur transmettre le goût de l’expérience sensible. Parce qu’il n’est pas donné à tous d’avoir grandi près d’une forêt, ce cahier propose plus de 30 jeux d’observation sur des thématiques variées, propices aux émotions (les contes et légendes, les forêts d’Europe, la mare forestière, la forêt au clair de lune, la protection de la forêt…) !

L’ouvrage est disponible en librairie depuis le 1er septembre.

Pour en savoir plus : communication@iledefrance-nature.fr

© Île-de-France Nature / Gallimard Jeunesse

Depuis 1992, les éco-animateurs d’Île-de-France Nature forment les élèves du CP au CM2 dans le cadre du programme Forestiers Juniors © Île-de-France Nature
Catégories
Non classé

L’Agence des espaces verts réaffirme son soutien aux agriculteurs franciliens

Île-de-France Nature réaffirme son soutien aux agriculteurs franciliens

Le 4 septembre dernier, plus de 5000 personnes se sont déplacées à Longnes (Yvelines) à l’occasion du 63e Festival de la Terre et de la ruralité organisé par les Jeunes agriculteurs d’Île-de-France. Même succès la semaine suivante, de l’autre côté de la Seine, pour le 29e Festival de la Terre de Réau, en Seine-et-Marne. Deux événements d’envergure, sur lesquels Île-de-France Nature tenait à être présente, pour marquer son soutien et celui de la Région aux Jeunes agriculteurs franciliens.

Animation à Réau © Île-de-France Nature

Si urbains et ruraux ont pu profiter des nombreuses animations proposées par les agriculteurs et leurs partenaires (baptêmes de tracteurs, labyrinthes de paille, démonstrations de moissonneuses batteuses, dégustation de produits issus de l’agriculture francilienne…), Île-de-France Nature avait quant à elle décidé d’interpeler le public sur les lieux de provenance de leurs produits d’alimentation quotidienne.  L’objectif ? Promouvoir le « manger local » et faire découvrir au grand public tous les enjeux de maintenir une agriculture périurbaine.

À l’écoute des difficultés que rencontre la profession, notamment après les crues désastreuses de juin, la Présidente d’Île-de-France Nature, Anne Cabrit, a réaffirmé, à cette occasion, la volonté d’Île-de-France Nature d’accompagner l’installation des jeunes agriculteurs en Île-de-France, dans le cadre de la nouvelle politique impulsée par le Conseil régional.

À ce jour, Île-de-France Nature est garante du maintien de 17 000 hectares d’espaces agricoles en Île-de-France et gère près de 2300 hectares de propriétés agricoles régionales. Des terres bien souvent menacées par la poussée de l’urbanisation, qu’elle loue aujourd’hui à plus de 120 exploitants en leur offrant la possibilité de développer et de pérenniser leur activité grâce à des baux à long terme.

La Présidente d’Île-de-France Nature, Anne Cabrit, a tenu a réaffirmer aux agriculteurs tout le soutien d’Île-de-France Nature © Île-de-France Nature